"Churchs-interiors, architectural paintings 1580-1720" — "Kerken interieurs, architecturale schilderijen 1580-1720"

"Kirchen interiors, architektonische Malerei 1580-1720" — "Interiores de iglesias, pinturas arquitectónicas 1580-1720 

Pour acheter le livre

Pour acheter le livre, cliquez sur l'image

Langue : français

560 pages, 2300 illustrations couleurs et N/B

Coffret, jaquette, couverture cartonnée

CD/ROM

ISBN 97890-5325-337-3

Prix : €180,00

Site de l'éditeur : PANDORA

La Famille NEEFFS

Aprés les Vredeman de Vries et les Steenwijck, il s'agit de la 3ème famille qui marque la peinture architecturale des Ecoles du Nord.

Selon nos connaissances actuelles, cette famille comprend trois peintres.

Tout d'abord le père Pieter Neeffs l'ancien, puis ses deux fils Ludowick et Pieter. Cependant, il faut se souvenir que Pieter Neeffs l'ancien aurait eu cinq enfants.

La date de naissance de Pieter Neeffs l'ancien est assez mal connue. Jantzen estime qu'il serait né en 1578, date qui a été longtemps retenue par les auteurs. Toutefois, d'aprés de nouvelles précisions, on sait qu'il est entré à la Guilde de Saint Luc à Anvers, en 1609. Le premier tableau connu serait celui de Dresde (36 x 57 cms) en 1605.

Il épouse Marie Lauterbens en 1612, son premier fils Ludowyck naîtra en 1617 et son second fils Pieter le jeune en 1620. Compte tenu de ces élèments, il semble plutôt que Pieter Neefs l'ancien serait né aux alentours de 1588. Il serait décédé entre 1656 et 1661.

Son fils Ludowyick serait né en 1617 et  baptisé le 22 janvier. Il fut l'élève de son père et deviendra moine. Il signera quelques tableaux "frater Neeffs".

Le second fils qui porte le même prénom que son père, Pieter le jeune a été baptisé le 23 mai 1620 et serait mort aprés 1675. En effet, il existe une oeuvre de lui à Vienne, Galerie Lichtenstein dâtée de 1675.

 

 

Pieter l'ancien (1588-1656/61) a été l'élève de Hendrijck van Steenwijck l'ancien (1550-1603) et vraisemblablement  a été formé en même temps que  Steenwijck le jeune (1580-1649)et Avemann Johan Wolfang  (1583-1620/40).  Il était trés pauvre dans sa jeunesse et même au moment de son mariage, il avait encore des dettes.

Cependant, petit à petit copiant d'abord les Steenwijck puis créant ses propres oeuvres, il fonda un atelier important et produisit un nombre significatif de peintures. On en a indentifié actuellement plus de quatre cents.

Cet atelier aurait occupé, outre ses fils, une vingtaine de collaborateurs : employés, apprentis, aides et il aurait même fait appel à des sous-traitants.

Son fils Pieter a poursuivi son "industrie".

Comme l'a justement décrit Rita Van Dooren, dans le "Dictionnaire des Peintres belges"

" Dans leurs compositions où domine le souci d'une représentation exacte et minutieuse des intérieurs d'église, ils entendent en premier lieu démontrer leur aptitude technique à exploiter la perspective. La succession rythmée des sculptures et des autels de corporation disposés contre les piliers des nef, l'alternance des dalles claires et sombres, ainsi que le jeu d'ombre et de lumière sous les voûtes, contribuent à rendre l'impression de profondeur. Les figures qui peuplent ces intérieurs remplissent d'une part une fonction thématique : les mendiants, les boiteux, les personnages qui bavardent et se promènent, les femmes qui allaitent, illustrent la vie profane qui se déroule dans la maison de Dieu".

Elle explicite clairement en outre :

"Malgré la gamme réduite des coloris composée principalement d'ocres et de gris, une grande variété chromatique est obtenue.Ceci surtout grâce à un jeu d'ombre et de lumière, qu'entretiennent des sources lumineuses tantôt naturelles, tantôt artificielles. Selon le point de vue choisi par le peintre, on peut ranger en cinq types les intérieurs d'église des Neefs père et fils vue rapprochée d'une chapelle ; vue rapprochée de la nef centrale; vue d'ensemble d'une église à trois nefs, à cinq nefs ou à sept nefs. Il est souvent possible d'identifier les cathédrales gothiques ou renaissantes, les basiliques et les églises protestantes, situées principalement  dans sa région et qui confèrent aux oeuvres un intérêt documentaire."