"Churchs-interiors, architectural paintings 1580-1720" — "Kerken interieurs, architecturale schilderijen 1580-1720"

"Kirchen interiors, architektonische Malerei 1580-1720" — "Interiores de iglesias, pinturas arquitectónicas 1580-1720 

Pour acheter le livre

Pour acheter le livre, cliquez sur l'image

Langue : français

560 pages, 2300 illustrations couleurs et N/B

Coffret, jaquette, couverture cartonnée

CD/ROM

ISBN 97890-5325-337-3

Prix : €180,00

Site de l'éditeur : PANDORA

  Les Pays-Bas au XVIème et XVIIème siècle, perspective historique.

 1555 - 1584

Il semble indispensable avant d’aborder l’étude de la peinture architecturale des intérieurs d’églises flamandes et hollandaise, de contextualiser le propos. En effet, cette confédération de provinces républicaines que nous appelons Pays-Bas de nos jours, connut de profondes métamorphoses politiques et religieuses au XVIème et XVIIème siècle, déterminantes pour son futur. La dynastie régnante des Princes d’Orange eut un rôle de premier plan à un niveau local et surtout européen.  Il faut rappeler, selon les historiens, la date du 25 octobre 1555, à Bruxelles, comme étant celle de l’Abdication de Charles Quint. Son héritier, Philippe II, profondément catholique, appréciait peu l’influence luthérienne dans les Pays Bas du Nord. Guillaume de Nassau, prince d’Orange, apparaît alors comme le chef de la noblesse des Pays Bas. Il devient Stadhouder de Hollande, Zélande et Utrecht et affiche une tolérance qui impressionnent ses contemporains à une époque où les  luttes fratricides entre catholiques et protestants déchiraient une bonne partie de l’Europe. La fonction de Stadhouder était provinciale et héritée de l’époque bourguignonne. Celui-ci gardait certains droits comme la nomination de certains magistrats, un droit de grâce, et selon les époques, il dirigeait l’armée et la marine (Amiral de la Flotte).

Né en 1535, fondateur de la République des Provinces Unies, Guillaume de Nassau, Prince d’Orange dit « le Taciturne » est considéré comme l’un des plus grands hommes de son temps. il est assassiné le 10 juillet 1584 à Delft.

L’opposition des « Provinces Unies » à Philippe II d’Espagne représente un long conflit (on parle de « la guerre de 80 ans »).

 Début 1579, la division entre Catholiques des Provinces du Sud (« proclamation de l’Union Catholique d’Arras », comprenant les Etats de Hainaut, Artois et Douai, le 6 janvier) et Protestants des Provinces du Nord (Union protestante d’Utrecht groupant la Hollande, la Zélande, Utrecht, la Gueldre, la Frise, Overijssel, Groningue, le 23 janvier) sera ainsi constatée.

 

 

On retrouve donc ici le point de départ de deux cultures qui marquera profondément la peinture des Ecoles du Nord .

Les Provinces du Nord deviennent une République, mais sans constitution, « l’Union d’Utrecht » étant le seul acte officiel le constatant. En fait, il semble admis qu’au début des années 1590 une paix relative soit acquise. Le Traité de Westphalie en 1648 reconnaîtra définitivement l’indépendance des Pays Bas..

Alexandre Farnèse fut nommé Régent en 1578 par Philippe II. Excellent stratège et fin diplomate il s’en prit aux Provinces Unies, les unes après les autres en les désolidarisant. L’Union d’Arras (6 janvier 1579) prônait l’obéissance au Gouverneur, le maintien du catholicisme. Il assiègera ensuite les villes flamandes et brabançonnes, y parvenant avec de grandes difficultés et autorisera le départ des rebelles.

 

Le chef de la Maison d’Orange, Guillaume, puis successivement ses deux fils, Maurice et Fréderic Henri, réunissaient de nombreux pouvoirs. Ceux-ci étaient partagés avec les Etats Généraux, influencés fortement par la bourgeoisie marchande hollandaise : les régents étaient au nombre d’environ 700 personnes au début du 17ème siècle.

 

Anvers, connaît son apogée sous le règne de Charles-Quint, elle voit passer par son port la majeure partie (plus de 50%) des importations des Pays Bas et 80% des exportations. Les 17 Provinces représentent vers 1580 la zone la plus industrialisée d’Europe, où le niveau de vie des ouvriers et artisans était  le plus élevé.

Cinquième ville d’Europe après Paris, Londres, Venise et Naples, sa population est supérieure à 100.000 habitants. De nombreux étrangers y travaillent comme marchands, ou banquiers. Dès que Philippe II prend le pouvoir en Octobre 1555, il veut appliquer dans les 17 Provinces, les mêmes règles qu’en Espagne : Primauté du catholicisme, s’appuyant sur l’Inquisition. Très rapidement naissent les mouvements de résistance qui conduiront à l’indépendance d’une partie des Provinces entre 1580 et 1590.

 

Les Bouches de l’Escaut, face à Anvers sont fermés en 1585 par la résistance et le port se trouve totalement incapable de poursuivre son activité. Après cette date, plus de 100.000 Flamands, Brabançons  et Wallons (peut-être 150.000) quittèrent les régions du sud du pays dont beaucoup s’installèrent en Hollande, Zélande et autres Provinces du Nord qui continuèrent la lutte. Les Provinces du Sud retomberont pour de longues années, sous la coupe de l’Espagne et de l’Eglise Catholique. Anvers qui s’était hissé au rang de leader du commerce international, va perdre progressivement, lors de la fermeture des Bouches de l’Escaut, son activité portuaire et son hégémonie financière. Plus tard, le traité de Munster ( 30 janvier 1648) confirmera cette situation qui aura duré plus de 50 ans et favorisera grandement le développement du port d'Amsterdam.